Béatrice Schobbens

L’enquête fédérale sur les déplacements domicile-travail, qui a lieu tous les 3 ans, est une obligation pour toutes les entreprises de plus de 100 personnes. Elle devait débuter le 30 juin prochain. En raison de la crise sanitaire, la 6e édition de ce diagnostic est REPORTÉE À 2021. Elle aura donc lieu du 30 juin 2021 au 31 janvier 2022.

Au vu de la situation exceptionnelle, les différentes fédérations patronales (à l’initiative de l’UWE et de la FEB, appuyés par BECI et le VOKA) ont demandé au ministre Bellot de reporter cette obligation légale à l’année prochaine.

En effet, cette enquête demande une certaine implication de la part des employeurs et des employés (en moyenne 4 jours de travail ETP d’après un de nos petits sondages menés en 2013 et 2016). On le sait bien, fin juin, la situation ne sera pas encore normalisée et les entreprises auront toujours un surcroît de travail afin de permettre la relance de l’économie et faciliter la sortie de la crise. Le moment ne sera par conséquent pas opportun pour des tâches supplémentaires.

De plus, la mobilité a été fortement perturbée par le COVID-19. Les organisations patronales craignent donc que les résultats de l’enquête ne soient pas probants et témoignent uniquement d’une situation particulière. Comme évoqué précédemment dans cet article, il serait intéressant de voir en 2021 si les résultats de l’enquête indiqueront un réel changement dans les habitudes de mobilité.

C’est pour ces raisons que nous avons demandé ce report d’un an. Ce que le ministre fédéral de la Mobilité a accepté.