Olivia Boever Aucun commentaire

Depuis de nombreux mois maintenant, les entreprises ont dû s’adapter à un nouveau paradigme : le coronavirus. La mobilité en entreprise n’y a pas échappé. La deuxième vague nous invite à sortir du temporaire et à penser sur le long terme. Ce Réseau des Mobility Managers était l’occasion d’analyser les nouvelles réalités auxquelles nous sommes confrontés au sujet de la mobilité dans nos entreprises et d’échanger nos difficultés et nos bonnes pratiques.

Nous avons d’abord reposé le cadre : le confinement semble avoir créé en matière de mobilité un « momentum ». La presse a beaucoup parlé du vélo comme “la petite reine du confinement”, mais quels changements peut-on réellement observer ? Xavier Tackoen, administrateur délégué d’Espaces-Mobilités, a commencé par présenter les résultats d’une enquête menée entre le 15 avril et le 3 mai 2020 auprès de 3000 personnes. De cette enquête, il ressort que la crise a été le déclencheur d’une volonté de changer sa mobilité. Parmi les changements, on assiste à l’arrivée massive du vélo et du télétravail, au détriment des transports en commun. On a vu aussi disparaître embouteillages et heures de pointe. Les conclusions à tirer de cette crise sur les comportements de mobilité sont que, pour améliorer la mobilité, il faut agir non seulement sur la capacité du système de transport, mais aussi sur la demande, avec notamment des mesures pour réduire et décaler la mobilité (télétravail, délocalisation, décalage des horaires), modifier les parts modales, mais aussi gérer différemment l’espace public.

L’avènement du vélo et du télétravail a aussi été démontré lors de la Semaine de la Mobilité 2020, durant laquelle les 49 entreprises participant au Défi Mobilité ont dû innover, se réinventer, pour proposer des activités à destination de leur personnel. Webinaires à toute heure du jour et de la nuit pour les travailleurs en horaire décalé, concours photo du télétravailleur, construction d’abris pour vélo… Les entreprises n’ont pas manqué d’imagination et leur débordante motivation a fait de cette crise Covid une réelle opportunité pour la mobilité.

Pour en témoigner, nous avons fait appel ensuite à UPskill et au CHR La Citadelle. Pour s’adapter à la situation, ils ont innové et initié des changements dans leurs activités et leur mobilité. Pour Virginie Dumont de Chassart, competency expert chez UPskill, le défi a été de réadapter toute l’offre d’activités en proposant leurs formations en ligne et en les rendant les plus attractives possibles. C’est désormais une nouvelle manière de travailler qui pourra être pérennisée pour certains aspects. L’autre défi a été de garder le contact et la cohésion d’équipe entre les collaborateurs malgré le télétravail. Pour ce faire, des moments informels virtuels ont été organisés, des baromètres du bien-être ont été soumis aux collaborateurs et un laboratoire des actions positives a été conçu.

Du côté du CHR de La Citadelle, Frédéric Dhondt, Mobility Manager, n’a pas baissé les bras face à la situation de crise que vivaient les hôpitaux. Le télétravail a été mis en place pour les fonctions qui le permettaient, et la demande en vélo a considérablement augmenté. Parmi les exemples de bonnes pratiques, l’hôpital a innové en organisant la livraison de tests Covid du centre de prélèvement au labo à vélo et a mis des vélos à disposition des travailleurs du site de Sainte-Rosalie dans le contexte d’importants travaux réduisant le nombre de places de parking.

Pour plus d’exemples de bonnes pratiques, des tables de discussion ont été organisées sur diverses thématiques. Découvrez un aperçu des différentes conclusions ci-dessous.

Si les collaborateurs sont occupés (charge de travail importante dans les hôpitaux) ou en télétravail, il est utile que le Mobility Manager aille vers eux : chariot de la mobilité visitant les services dans un hôpital lors de la Semaine de la Mobilité ; séance virtuelle de coaching personnalisé sur la mobilité; recours à la vidéo ; concours et actions étendus aux télétravailleurs ; création à plusieurs une activité de mobilité qui pourra être proposée quand les conditions sanitaires le permettront… Au SPW, des réunions virtuelles sont organisées pour le groupe des cyclistes, mais cela pourrait être étendu à d’autres modes. Il existe de nombreux outils de mobilité (app pour réserver une voiture Cambio, un vélo partagé, app pour aller d’un endroit à l’autre en utilisant différents moyens de transport, app de gamification…), pourquoi ne pas faire des démonstrations virtuelles de leur utilisation ?

Le nettoyage régulier et l’installation de matériel de désinfection ont permis dans certains cas de maintenir la mobilité partagée en toute sécurité. Certaines entreprises ont pu continuer à donner des vélos en prêt à leurs collaborateurs. Au lieu d’avoir des vélos partagés qui passent rapidement d’un travailleur à l’autre, on peut tester au quotidien un vélo prêté pour deux semaines, un mois, voire un an ! Une autre entreprise a assoupli ses horaires afin d’étaler l’heure de pointe dans les douches et vestiaires, permettant ainsi de les garder accessibles. Cela eu un effet positif sur la congestion et, de manière surprenante, sur le covoiturage : la flexibilité accrue a permis à certains de mieux combiner leur covoiturage avec leurs contraintes familiales par exemple.

La faisabilité du télétravail n’est plus à démontrer, mais il sera désormais important d’investir dans des outils de qualité et revoir les pratiques managériales qui, jusque-là, répondaient au système hiérarchique et à la culture du contrôle mis en place. Si la mobilité n’est plus une priorité maintenant pour certaines entreprises, les Mobility Managers devront s’appuyer sur les demandes des travailleurs et sur les obligations ou les engagements sociétaux des pouvoirs publics pour convaincre à nouveau et relancer des projets de mobilité. Il faudra également préparer la suite : des messages positifs lorsque le retour au bureau sera possible, ne pas laisser les interdictions temporaires qui gênent la mobilité durable s’éterniser.

Le remboursement des abonnements de transport en commun au personnel devient un coût lorsque le personnel ne vient plus au bureau. Quelques idées de bonnes pratiques : les opérateurs de transport travaillent actuellement à des offres d’abonnements plus flexibles, répondant à des besoins actuels de mobilité. Les nouvelles solutions devront être intégrées à des apps de mobilité et permettre l’automatisation du suivi administratif (retrouvez le comparatif de la Cellule Mobilité)

Pour optimiser le leasing voiture dans le contexte de la pérennisation du télétravail, pourquoi ne pas adapter les contrats d’assurance à des déplacements moindres ? Passer au budget mobilité pourrait aussi être une réponse adéquate. Par contre, il n’y a pas lieu de prolonger ou renégocier les contrats. L’annonce du gouvernement de verdir les flottes de véhicules de société à l’échéance 2026 va nécessiter d’importants investissements pour les entreprises ; il faut s’y préparer et les économies générées actuellement pourraient être réaffectées à ces préparatifs.