Il y a plus de dix ans, il n’était pas courant d’entendre parler de la gestion de la mobilité en tant que telle, que ce soit dans la presse ou dans le chef des entreprises. Les entreprises et les premières personnes en charge de la mobilité se trouvaient bien souvent démunies face à cette matière complexe. Devant la croissance flagrante et inégalée du trafic automobile, générant des répercussions sur l’environnement et le stress des travailleurs, les différentes parties prenantes ont dû réagir et mettre en place un véritable arsenal de mesures. Des efforts considérables ont ainsi été réalisés par les entreprises pour mettre en place des politiques de mobilité et des philosophies axées plus largement sur le développement durable. Les pouvoirs publics ont quant à eux multiplié les initiatives et les outils de sensibilisation au cours de ces dernières années (formations, documentations, études, outils, réseaux…). Les opérateurs de transport ne sont pas en reste puisqu’ils ont enregistré une croissance historique du nombre de voyageurs transportés et ont été amenés à développer des offres spécifiques correspondant davantage aux besoins des entreprises. Les années à venir sont quant à elles tournées vers la complémentarité et l’intermodalité des modes de transport alternatifs. Les aspects environnementaux et technologiques s’intègrent de manière croissante dans la réflexion pour une gestion de la mobilité plus efficace. Nous parlons désormais d’un véritable « package mobilité » développé par les entreprises auquel correspond un ensemble de solutions de mobilité proposé par les opérateurs de transport. Le croisement entre l’offre des opérateurs et la demande des entreprises semble s’intensifier à présent et à l’avenir, pour déboucher sur une généralisation et une simplification de l’usage intégré et interopérable des différents modes de transport. Notons tout de même que des pressions externes telles que le défi énergétique ou le vieillissement de la population accentueront davantage une gestion efficace de la mobilité par l’ensemble des opérateurs.

Compétences

Bien que la Belgique soit petite, son caractère fédéral implique une répartition des compétences et des pouvoirs de décision entre l’Etat fédéral et les Régions. Par ailleurs, la mobilité est aussi une thématique gérée par le pouvoir communal, l’autorité provinciale, sans oublier l’instance européenne. C’est pourquoi en Belgique, nous avons bel et bien 4 ministres (et/ou secrétaire d’Etat) en charge de cette matière, soit 3 au niveau régional et 1 au niveau fédéral.

Au plus près des citoyens, les autorités locales se sont emparées, au fil du temps et avec plus ou moins d’importance, de la compétence de la mobilité. Il n’est désormais plus rare de compter sur la présence d’un échevin en charge de la mobilité, même à l’échelle des plus petites communes, ou encore de celle d’un député provincial en charge de cette matière.
 
Ceux-ci peuvent dès lors influencer la mise en œuvre de services de mobilité à destination des citoyens, les sensibiliser localement à la problématique et ses nombreuses solutions ou encore soutenir des initiatives locales et développer différents incitants (services, primes, etc.). Désormais, les communes wallonnes peuvent compter, pour la plupart, sur des Conseillers en Mobilité (CEM) afin de concrétiser leurs ambitions politiques mais aussi de faciliter la réalisation des aménagements et des infrastructures favorables à une mobilité alternative.
 
En première ligne, ces autorités peuvent aussi contribuer à améliorer la mobilité des entreprises. C’est pourquoi la Cellule Mobilité recommande systématiquement à toute entreprise, la prise de contact avec ce niveau de pouvoir pour faire entendre ses besoins spécifiques, bien entendu, mais aussi dans la concertation et dans l’intérêt de la collectivité locale directement concernée par l’activité de l’entreprise.
Derrière ses responsabilités précises en matière d’environnement, d’aménagement du territoire, de travaux publics ou de mise en place d’infrastructures, le Gouvernement wallon est compétent pour impulser sur son territoire une politique de mobilité en faveur de l’usage des transports publics, du covoiturage, du vélo, de la marche… dans une parfaite complémentarité.
 
Contrairement à la SNCB (compétence fédérale), le Gouvernement Wallon est compétent et subventionne la Société Régionale Wallonne du Transport (SRWT – groupe TEC).
 
Par ailleurs, la Région Wallonne encourage également une circulation des marchandises de manière plus durable et la plus intermodale possible: rail, eau, air et route. Outre la mise en place d’outils tels que des plateformes multimodales, la mise à gabarits et l’entretien de ses ouvrages d’art, la Wallonie octroie également des aides spécifiques au transport ferroviaire et fluvial des marchandises.
Pour mettre en œuvre ces actions et assurer leur continuité, le gouvernement wallon peut compter sur le Service Public de Wallonie et ses différentes Directions Générales Opérationnelles (DGO). En matière de mobilité, ce sont les DGO1 et DG02 qui assurent la mise en œuvre de la politique régionale.
  • La Direction générale opérationnelle « Routes et Bâtiments » (DGO1) fait partie intégrante du Service Public de Wallonie (SPW). La DGO1 est concrètement chargée de la gestion du réseau routier et autoroutier régional et effectue des expertises techniques sur celui-ci. Elle assure les aspects électromécaniques (éclairages, feux de signalisation, etc.), la propreté, le service d’hiver, la sécurité et la gestion du trafic sur son réseau. Elle veille également au développement du réseau cyclable régional et du RAVeL, et apporte une aide logistique aux Pouvoirs locaux.
  • La Direction Générale Opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques (DGO2) initie et coordonne la politique à suivre en matière de transport (par route, rail, air, eau) et de mobilité: diminution de la pression automobile dans nos villes et villages, développement du transport de marchandises par la voie d’eau ou le chemin de fer, développement des pôles multimodaux et de nouvelles infrastructures hydrauliques.
En savoir plus sur la DGO1: routes.wallonie.be
En savoir plus sur:
Au niveau du Gouvernement Fédéral, le Ministre en charge de la mobilité est compétent pour la gestion des institutions telles que le Service Public Fédéral « Mobilité et Transports », Belgocontrol, la SNCB et Infrabel. Avec le temps et les différentes réformes, une série de compétences ont été transférées vers les régions. Derniers exemples en date : permis de conduire, sécurité routière, transport de produits dangereux…
 
Le Service Public Fédéral Mobilité et Transports
Principalement concentré sur les aspects réglementaires, l’application des lois spécifiques belges et la mise en œuvre de la législation européenne (navigation, aéroportuaire, enquêtes de mobilité…), le SPF Mobilité et Transports prépare et met en œuvre la politique fédérale de mobilité. Le SPF se concentre dans cette mission sur la sécurité, l’environnement, les enjeux sociaux et une intégration optimale de tous les modes de transport. Parmi les nombreuses compétences du SPF Mobilité et Transports à l’échelon belge, celui-ci est particulièrement chargé de récolter des données chiffrées sur la mobilité et le transport des marchandises. Pour ce faire, le service fédéral applique, entre autres, la loi relative à l’obligation triennale de diagnostic mobilité auprès des entreprises de plus de 100 collaborateurs.

Pour en savoir plus sur la politique fédérale de mobilité et le SPF Mobilité et Transports: mobilit.belgium.be

Considérée comme un véritable carrefour européen des voies de communication, la Belgique n’est pas en reste et la Wallonie est vue comme une terre de logistique à part entière. En effet, une densité unique, au niveau européen, d’infrastructures ferrées, routières, fluviales et aériennes se concentre sur notre petit bout de territoire.
 
Au départ, concentré sur l’objectif de suppression des frontières entre les Etats membres pour favoriser la libre circulation des citoyens européens, la politique du transport était l’une des premières démarches communes de l’Union européenne. Ces vingt dernières années, la politique européenne des transports a été caractérisée par trois étapes importantes successives, à savoir trois Livres Blancs.
 
L’objectif de la Commission est de promouvoir une mobilité qui est efficace, sûre, sécuritaire et respectueuse de l’environnement tout en créant les conditions d’une croissance compétitive de production de l’industrie et de l’emploi. Cette politique est menée par le commissaire européen en charge des transports qui oriente la politique européenne vers un développement efficace, harmonieux et cohérent des différents modes de transport.
 
Pour y parvenir, la commission peut compter sur la Direction Générale de la Commission européenne de la Mobilité et des Transports. Celle-ci travaille de concert avec les États membres de l’Union européenne, l’industrie européenne, les citoyens et les parties prenantes.
Pour en savoir plus sur la politique et la législation européenne: ec.europa.eu/transport ou europa.eu/legislation

Chiffres

Voici quelques graphes qui donnent un premier aperçu des tendances de mobilité à l’échelle régionale Qu’il s’agisse de transports des marchandises ou de la mobilité des personnes, les différents flux sont en hausse constante. Pour y répondre, de nombreuses mesures sont nécessaires à tous les niveaux pour maintenir une efficacité des infrastructures et une qualité des réseaux.

Le Rapport sur l’état de l’environnement wallon 2017 présente un bilan synthétique de la situation et des performances environnementales de la Wallonie à travers une compilation d’indicateurs à caractère environnemental, socioéconomique, administratif ou encore sanitaire. → Consultez le chapitre dédié au transport de la page 79 à 86

Les chiffres-clés de la Wallonie (n°14 – octobre 2015), réalisé par l’IWEPS, visent à donner un éclairage statistique sur la Région, en l’envisageant sous une multitude de facettes, dont en particulier, la mobilité et le transport (de la page 145 à 174) Consultez ou téléchargez le document

Voici ci-dessous quelques graphes qui donnent un premier aperçu des tendances de mobilité à l’échelle belge

Téléchargez l’étude du Bureau du Plan intitulée « Perspectives de l’évolution de la demande de transport en Belgique à l’horizon 2040 », publiée en 2019

Téléchargez les chiffres clés de la mobilité 2016 proposés par le SPF Mobilité & Transports ainsi que son enquête 2017 sur les déplacements domicile-travail (publiée en 2019)

Le census est une photographie au 1er janvier 2011 de la population belge c’est-à-dire de l’ensemble des habitants du territoire belge quelle que soit leur nationalité. Le census 2011 fournit un large éventail de chiffres au niveau démographique, socio-économique, de l’enseignement ainsi que par rapport au logement. Il répond ainsi à des besoins spécifiques d’utilisateurs divers. Consultez l’analyse mobilité

Voici quelques graphes ci-dessous qui donnent un premier aperçu des tendances de mobilité à l’échelle européenne

Le « EU Transport Scoreboard » donne un apperçu de la situation de la Belgique par rapport aux autres pays européens en matière d’investissements dans les infrastructures de transport, de la satisfaction des utilisateurs de transport, de l’usage de véhicules à motorisation alternatives… et bien d’autres évaluations comparatives chiffrées. Plus d’informations