Les deux-roues motorisés sont de plus en plus nombreux à circuler sur nos routes.

Cyclomoteur ou moto, beaucoup de navetteurs font le choix de ce véhicule pour leurs déplacements quotidiens. Bien loin d’un effet de mode, cette solution rapide, maniable et peu encombrante séduit de plus en plus de travailleurs en ville. Au niveau de l’entreprise, encourager ce type d’alternative peut aussi s’avérer intéressante.

Comment faire ?

Il existe plusieurs types de deux-roues motorisés. Le choix dépend de l’utilisation, comme pour tout véhicule. Les scooters ou motos 125 cc sont parfaits pour les agglomérations et les petits déplacements. Une moto de plus grosse cylindrée est nécessaire si l’on doit transporter des charges plus ou moins lourdes ou si les trajets dépassent une quinzaine de kilomètres. Les deux-roues électriques sont également de plus en plus répandus.

Bon à savoir

Enfin, certaines sociétés de leasing proposent une formule “7 Wheel Lease”. Il s’agit ici d’ajouter à la voiture de société, un scooter à trois-roues permettant de pouvoir opter pour l’un ou l’autre véhicule, en fonction des conditions météorologiques et des conditions de circulation.

  • La réduction du temps de trajet diminue d’autant l’effet négatif du véhicule sur l’environnement, puisque le moteur d’un deux-roues fonctionnera moins longtemps que celui des autres véhicules.
  • La consommation de carburant des motos et cyclomoteurs est comparativement moins importante que celle des quatre-roues.
  • Côté utilisateur, c’est le gain de temps qui apparaît comme l’avantage le plus évident. Sur le trajet Namur – Bruxelles le motard gagnera entre une demi-heure et trois-quarts-d’heure par rapport aux autres moyens de transport. Le gain en termes de stress et de fatigue est appréciable pour tous.
  • Le deux-roues motorisé apporte aussi un gain financier conséquent à l’usager. Fiscalement, ce véhicule reste déductible à 100%, au prorata des kilomètres professionnels effectués. Cela signifie que l’amortissement, les entretiens, le carburant, l’assurance et les taxes peuvent être pris en compte. Mais aussi l’équipement du conducteur. Ce qui diminue fortement le coût général du véhicule.
  • Retenons les avantages pour tous. Un emplacement de parking pour voiture peut accueillir au moins 5 deux-roues motorisés, ce qui entraîne un gain important d’espace public.
  • Considérons aussi le fait que les motos ne provoquent jamais d’embouteillages.
  • Les avantages pour l’entreprise résident dans ceux déjà cités. L’employé est moins fatigué et moins stressé par ses déplacements. Les embouteillages n’affectent plus la ponctualité, et le gain en terme de qualité de vie se répercute sur la productivité de l’utilisateur d’un deux-roues motorisé.
  • L’usage professionnel d’un tel véhicule peut également être envisagé. En agglomération, les avantages d’une petite moto ou d’un scooter sont évidents pour les déplacements. Rapide, facile à garer et d’un coût plus faible que la voiture, ces véhicules ont de véritables avantages sur la classique « voiture de service ». De plus, plusieurs constructeurs proposent des scooters avec « toit » permettant d’éviter les inconvénients causés par les intempéries.

L’asbl Fedemot fournit un tas d’informations sur la mobilité à deux-roues motorisé.

La Fédération motocyclsites de Belgique s’investit également dans les problématiques de la sécurité routière et de la mobilité liées au motocyclisme.