Toute initiative isolée pour rationaliser la mobilité d’une entreprise a de fortes chances d’être profitable pour l’employeur et son personnel. Il n’en reste pas moins vrai qu’une démarche globale s’avère plus performante et durable. A ce titre, le Plan de Déplacements d’Entreprise (PDE) est une approche complète pour optimaliser les déplacements générés par une entreprise. Il permet une coordination intégrée de toutes les mesures possibles.

D’un point de vue théorique, le PDE peut se définir comme étant : « l’étude, la mise en oeuvre et le suivi, au niveau d’une entreprise ou d’un groupe d’entreprises, de mesures destinées à promouvoir une gestion durable des déplacements liés à l’activité de cette ou de ces entreprises(s) » (Manuel pour les PDE – IBGE 2003). Sa réalisation s’articule autour des étapes suivantes : analyse des déplacements et de l’accessibilité actuelle de l’entreprise, élaboration d’un plan d’action, mise en oeuvre, évaluation et suivi. Le PDE est un processus cyclique, devant rester dynamique. Il est bien plus un ingrédient permanent du processus d’optimalisation des processus et des coûts de l’entreprise qu’une solution temporaire à ses problèmes de mobilité. Source potentielle d’économies, la mise en place d’un PDE participe également à augmenter le bien-être des collaborateurs. Il permet de bâtir une image valorisante vers l’extérieur, donnée essentielle dans les champs du recrutement, des relations publiques et commerciales avec les clients et partenaires.

Alors que la Région Bruxelloise a opté pour une obligation de réalisation d’un Plan de Déplacements d’Entreprise pour toutes les entreprises de plus de 100 collaborateurs, cette contrainte ne s’applique pas (encore) aux entreprises présentes sur le territoire wallon. Pour l’Union Wallonne des Entreprises, le fait d’imposer ce type de démarches n’est pas pertinent ni utile pour toutes les entreprises car il faut, avant tout et de manière globale, tenir compte de leur profil d’activité, de leurs profils de mobilité et d’accessibilité. Si le PDE, en tant que tel, n’est pas à généraliser dans tous les cas de figure, il peut être nécessaire dans des situations précises. Et pour ce faire, l’entreprise pourra, si besoin, faire appel à un bureau d’étude spécialisé pour sa mise en place et son suivi. Dans les autres cas, la Cellule Mobilité recommande néanmoins, lorsque cela est envisageable, d’amorcer une “démarche mobilité” qui s’adaptera aisément à toutes les situations. Cette manière de procéder, plus “light” et non contraignante, permettra bien souvent d’amorcer une véritable politique mobilité d’entreprise, répondant parfaitement aux besoins de ses collaborateurs. Cette démarche mobilité se voudra alors tournée vers le long terme, aux axes de développement et aux objectifs cohérents face à la réalité de l’entreprise. Cette façon d’agir permettra enfin, dans certains cas particuliers d’aboutir ou non, à la réalisation complète d’un véritable PDE.

Mais à y regarder de plus près, les retombées d’un PDE couvrent des champs bien plus vastes :

  • Meilleure gestion des coûts liés aux déplacements;
  • Amélioration de l’accessibilité de l’entreprise;
  • Diminution de l’absentéisme et des incapacités de travail;
  • Attraction de candidats non motorisés;
  • Renforcement de l’esprit d’équipe;
  • Valorisation de l’image de l’entreprise;
  • Anticipation des nouvelles réglementations;
  • Diminution des frais de déplacement domicile – lieu de travail;
  • Amélioration du confort des déplacements (stress, fatigue, temps, etc.) et donc de la qualité de vie;
  • Regain de ponctualité;
  • Renforcement du climat social et de l’esprit d’équipe.
  • Diminution de la congestion et des nuisances;
  • Amélioration de la sécurité routière;
  • Récupération d’espaces publics;
  • Réduction de la dépendance énergétique.

Guide des bonnes pratiques en matière de mobilité durable pour les déplacements domicile-travail réalisé en 2014 par la SPF Mobilité et Transport

→ Télécharger le document